Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Nomination Saran Sérémé : Médiateur du Faso… C’est bien mais c’est pas arrivé !

Youpi ! Ya du pétrole au Faso. Dieu soit loué ! Nous avons du pétrole et ce n’est pas une plaisanterie. C’est un qui de droit, une voix autorisée, qui a donné la nouvelle : Oumarou Idani en personne, Ministre en charge des mines et orpailleur-chef. Il n’a pas annoncé la nouvelle en prenant un ton péremptoire comme ceci : « Y a du pétrole au Faso, je le jure ! » mais il l’a dit. Non pas à la radio de Moustapha, mais à la radio nationale. Bien sûr, il a pris soin d’user de circonlocution, mais il l’a dit clairement. Comme ceci : «  Nous sommes entourés de pays qui ont du pétrole. Il ne peut pas y avoir du pétrole au Ghana et ne pas y avoir du pétrole au Burkina. Il ne peut pas y avoir du pétrole au Niger et ne pas y en avoir au Burkina. Il ne peut pas y avoir du pétrole en Côte d’Ivoire, au Mali, et ne pas y avoir au Burkina ».

Merci, monsieur le Ministre. La nouvelle n’est pas tombée dans les oreilles de 20 millions de sourds. Mais de grâce, monsieur le Ministre, faites comme si de rien n’était. Ne faites pas comme pour notre or, n’alertez pas les hyènes, les loups, les rapaces de tout poil de l’autre côté des mers. Ils accourraient avec leurs machines géantes pour creuser nos sols et ajouter des trous à des trous. Nous attendrons le temps qu’il faudra, le temps nécessaire pour que nos propres enfants sachent faire la différence entre le pétrole et l’eau de Javel. Cela dit, depuis sa mise en place il y a 2 ans, j’avoue que je ne connais toujours pas tous les membres du Gouvernement Paul Kaba Thièba. Le Ministre Oumarou Idani par exemple, il a fallu la SIMAO pour que je le découvre. Et ce n’est pas pour lui faire un reproche, bien au contraire. Comme on dit, l’argent n’aime pas le bruit. L’or, le diamant, le zinc, le manganèse et bientôt le pétrole, c’est plus que de l’argent. Silence, monsieur le Ministre !

Je vous étonne n’est-ce pas ? Il n’y a pas que ça. Si à l’instant présent, vous me demandez de citer au quart de tour le nom d’un Secrétaire d’Etat du gouvernement Thiéba, je donnerai vite ma langue au chat. J’ai néanmoins l’impression qu’il y a plus de Secrétaires d’Etat quota genre que les autres, les barbus moustachus. L’information donnée par le Ministre Idani sur l’existence du pétrole dans notre sous-sol m’a vraiment fait du bien. Me voici requinqué. En effet, depuis la nomination de Saran Sérémé comme Médiateur du Faso, j’avais du vague à l’âme. J’étais plus au lit que dehors.

Saran Sérémé mon amazone du Sourou-Nayala, Médiateur du Faso !? C’est bien, c’est même très bien, mais c’est pas arrivé. Pourtant ce n’est pas ce que les souris de l’oncle Tougolo avaient vu. Erreur ou omission dites-vous ? Non, pas ça. Les souris de l’oncle Tougolo ne commettent jamais d’erreur et n’omettent jamais rien. Et elles avaient bien dit : Kosyam, Kosyam et re-Kosyam. D’accord, Médiateur du Faso, Saran Sérémé aura une voiture cadeau comme Newton Ahmed Barry, un garde de corps cadeau comme Luc Marius Ibriga, un cuisinier cadeau comme Sy Chériff, un aide de camp cadeau comme le Grand Chancelier, un vigile cadeau comme Alassane Bala Sakandé. Tout ça c’est bien, mais c’est pas arrivé. Même avec une caisse noire cadeau c’est pas arrivé. Même avec un R+ cadeau à Ouaga 2000 c’est pas arrivé.

Vous ne vous rendez pas compte on dirait. Voyons, la Présidentielle c’est dans 3 ans. D’ici là Saran Sérémé sera sous obligation de réserve : rien vu, rien entendu, rien dit. Ensuite ce sera encore 5 ans d’attente, jusqu’en 2025. Durant tout ce temps Saran Sérémé devra parler comme l’Iman Sana ou comme le Cardinal Philipe Ouédraogo. Vous voyez pourquoi c’est bien mais c’est pas arrivé ?

Non, je vais revoir l’oncle Tougolo pour qu’il revoie ses souris. Un Plan B doit être bien possible.

Je suis un ex Bantaaré. Chaque jour que Dieu fait je sais gré à Monsieur Emile pour l’éducation reçue de lui, moi et mes co-Bantaaré. Sûrement, lorsque je parle des ex-Bantaaré vous vous dites qu’il n’y a plus d’ex-Bnataaré parce que tous les Bantaaré seraient passés outre-tombe. Pas du tout. Ils sont toujours là les ex. Bon œil bon pied. Toujours friands de gnontoro d’origine et ne crachant pas sur le cochon au four. Vous me direz que de gros mangeurs de cochon ce n’est pas ce qui manque à Ouaga.

C’est vrai. Je vais néanmoins montrer comment ne pas confondre un ex-Bantaaré mangeur de cochon et un mangeur de cochon quelconque. C’est un peu compliqué mais vous allez comprendre.

Voilà… Un ancien du Bantaaré ne donne jamais le titre «Honorable» à un Député représentant du peuple. Dire par exemple «Honorable Elysée Kiemdé» ? Jamais. C’est «Monsieur le Député Elysée Kiemdé», point barre.

Honorable… Honorable… Mais où est-ce qu’ils sont donc allés chercher ce mot Honorable !? Nous du Bantaaré, même pour parler de l’occupant du Perchoir, nous ne disons pas «Son Excellence Alassane Bala Sakandé». Nous disons : Monsieur le Président Alassane Bala Sakandé. Tout simplement.

Autre particularité d’un ancien du Bantaaré. Si nous donnons le titre de «Docteur», à quelqu’un c’est qu’il s’agit d’une personne qui exerce la profession de médecin. Ou de pharmacien. Ou de vétérinaire. Ou de tout autre métier en rapport avec la santé humaine ou animale. Vous n’entendrez jamais de la bouche d’un élève de Monsieur Emile, les expressions «Docteur Ablassé Ouédraogo», même si Ablassé à 20 diplômes de doctorat en économie. Pas non plus l’expression «Docteur Hubert Bazié» même si Hubert Bazié possède 20 diplômes de doctorat en journalisme. Pas non plus de «Docteur Cyriaque Paré» mais si Cyriaque détient 20 diplômes de doctorat en E journalisme.

Pourquoi nous ne faisons pas comme vous ? Parce que nous sommes les élèves de Monsieur Emile et tout ce que dit Monsieur Emile nous le prenons pour argent comptant. D’ailleurs, les faits donnent raison à monsieur Emile. En France et à Navarre on n’a jamais entendu parler de «Docteur Emmanuel Macron». Ou de «Docteur François Hollande». Alors, pourquoi donc ces «Docteur machin»… «Docteur truc» à tout bout de champ !? En France pourtant, Dieu seul sait combien il y a de Docteur Dupont… Docteur Durand et autres Docteur Dubois. Mais on n’entend que des Monsieur Dupont… Monsieur Durand… Monsieur Dubois. Pour faire allusion au doctorat,   des uns et des autres, il faut aller consulter leur curriculum vitae, ce qui n’arrive pas tous les jours.

Quoi ? Déjà ? Je me demande si la page 6 ne triche pas avec moi. La voilà qui sonne la cloche alors que c’est comme si je n’avais pas encore commencé à élucubrer. Je crois que je vais revoir Nakibeugo pour lui parler sérieusement. Un entretien à deux clos, sans Passek et sans Wambi. Face to face, comme dirait Simon Compaoré. S’il ne peut pas me donner la page 7 qu’il m’accorde donc la page 6 bis. Voilà des mardis qui passent sans que je donne mon avis dans la polémique sur le Franc CFA.

Bantaaré pur et dur, je ne sais pas ce qu’on entend par réserves monétaires, ni par taux de change. Je ne sais pas ce qu’on appelle devises mais je donnerai mon avis Mardi prochain sur le Franc CFA. D’ores et déjà, je vous fais savoir que je suis pour qu’on quitte la zone Euro dès demain pour créer une monnaie totalement africaine. Mais à la vérité j’ai une crainte.

Vous connaissez l’expression des Gaulais «Tomber de Charybde en Scylla». Mes petits Mochichis ont aussi une expression similaire. Ils disent   qu’il faut éviter de «quitter le KK pour s’engouffrer dans l’anus». Ce que je crains par conséquent c’est que nous ne quittions le Franc CFA de France pour «plus pire». Un Franc Nord Coréen par exemple.

Autre chose en rapport toujours avec le Franc CFA. Notre héros, le très cher Kémi Séba il est Béninois à ce qu’on dit. C’est ça ? Pourquoi donc, suite à ses bisbilles avec Macky Sall à Dakar, pourquoi n’a-t-il pas regagné Porto-Novo au lieu de Paris ?

Et mieux, notre héros aurait fait un coup d’éclat de tonnerre si à Dakar, face aux caméras du monde entier, au lieu de ce pauvre petit billet de 5 000 francs CFA, il avait mis le feu à son passeport français. Mais de cela on en reparlera mardi prochain. Promis juré !

 

Charles Guibo

En savoir plus...

Elucubrations de Toégui : La guerre du Perchoir n’a pas eu lieu…

Je me suis séparé de mon portable. Il m’a joué un vilain tour. Voyez donc… Je participais à un rassemblement, disons, spirituel, dans un lieu, disons sacré. Au moment où on ne devrait même pas entendre une mouche voler, mon portable s’est mis à hurler, à hurler, attirant sur moi le regard réprobateur de toute l’assistance. A l’issue de la cérémonie, je me dirigeai vers le premier caniveau que je vis et me débarrassai du maudit portable. Mais estimant que mon geste était incivique je récupérai le téléphone et allai le jeter dans une barrique pleine d’ordures ménagères qui se trouvait au bord de la voie.

Je me ravisai encore, repris l’appareil, le balançai sur le macadam et l’écrasai de mes brodequins. C’est pas fini ? Ça lui apprendra à hurler par wasard. J’eus même envie de lui poser la question que Sarkozy avait posée à Kadhafi avant l’assaut final : «Pourquoi tu m’as fait ça ? ».

Il se nomme Bibénoré. Chaque matin il anime en solo une émission sur une radio FM. Une radio lui appartenant à ce qu’il parait et qui a été créé il y a peu, après l’Insurrection. Un vrai « on s’en fout » ce Bibénoré. Je ne sais pas s’il a un compte à régler avec Dame Nathalie Somé mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne porte pas la Présidente du Conseil Supérieur de la Communication dans son cœur. Et elle n’a pas qu’elle comme cible. Tous les gars du Soleil Levant sont dans son viseur. A l’entendre effectivement, il n’est pas ami ami avec les voisins de la Maternité Pogbi.

Comment ? Ambroise Ouédraogo dites-vous ? Vous en êtes sûr ? Vous le connaissez alors ?

J’ai oublié de vous dire qu’il ne parle que le Mochichi et quand on l’écoute on croirait entendre Bassolma Bazié à la Bourse du travail. Il parle à 100 à l’heure et pas que du bon. Enfin… Pas que du bon c’est selon. Achille Tapsoba par contre doit être aux anges en l’écoutant.

Moi je ne comprends rien à son Mochichi, mais d’après ce que me disent mes interprètes, ce qu’il y a d’exquis chez Bibénoré, ce sont ses proverbes. Très drôles et toujours pertinents. Tenez :

  • L’œil est incapable de porter un bagage, mais il sait distinguer le bagage que la tête peut supporter ou non.

Un autre proverbe ?

  • L’index ne boit pas de ranmoagha mais il est capable d’indiquer la maison où on fabrique le ranmoagha.

Allons à l’essentiel à présent. C’est ce demi-élucubreur de Yé ! Qui me dit ça souvent :

  • Toégui, va donc à l’essentiel. Laisse tomber tes paagb-naabas et va à l’essentiel.

Laisser tomber mes paagb-naabas ? Plutôt la fin des élucubrations. Mais allons tout de même à l’essentiel, l’essentiel aujourd’hui étant l’ascension d’Alassane Bala Sakandé qui passe d’Honorable à Excellence. De par la force de la Constitution.

Finie, l’élection du Président de l’Assemblée Nationale. C’est donc ça ? Ce n’était donc que ça ? En deux temps trois mouvements les jeux étaient faits. Terminé. Pas de prolongation. Aussitôt dit aussitôt fait… on a vu Maître Bénéwendé Sankara au bas du Perchoir sans un marteau à la main et Alassane Bala Sakandé en haut du Perchoir un marteau à la main.

Quelle mauvaise idée que cette candidature unique ! C’est comme si tous les partis avaient convenu d’un commun accord de nous gâcher notre plaisir, nous qui nous attendions à une élection au couteau. Pour en avoir pour notre argent, il nous fallait d’abord, en guise de hors-d’œuvre des partielles au sein de chaque parti politique en vue de désigner un candidat pour le Perchoir. Pour la bonne bouche on assisterait ensuite au corps-à-corps entre les prétendants des autres partis contre celui du Soleil Levant. Là, il y aurait eu du spectacle. D’ailleurs, pourquoi n’a-t-on pas fait droit à la rumeur qui donnait comme candidats au titre du Soleil Levant, les députés Jacob Ouédraogo et Lassané Sawadogo, Clément Sawadogo, Ousséni Tamboura ?

De même on aurait goûté à un affrontement cool au sein de l’UPC entre… entre… voyons voir… Entre le Colonel Charles Lona Ouattara, expert en sécurité, et le Poé Naaba, expert en us et coutumes.

En outre, Rabi Yaméogo et Elisée Kiemdé. Y a quoi !? J’ai dit quelque chose de mal ? Quelque chose qu’il ne fallait pas dire ?

Au   sein de l’ex-Tukguili on opposerait Juliette Bonkoungou à Ablassé Ouédraogo.

Y a quoi encore ? Je mélange tout ? Je vous ai dit que j’ai un problème sérieux avec ma mémoire. Et puis, lorsque je dis qu’on a pas eu du plaisir à cette élection, je parle de notre plaisir à nous, pas du plaisir des bureaux politiques des partis.

Alassane Dramane Ouattara est désormais Président d’honneur du RDR. Président d’honneur… J’aime bien cette appellation. Je préfère Président d’honneur à Président fondateur. Ne suivez pas mon regard.

Yé !, mon petit Yé ! , c’est toi qui as raison, allons à l’essentiel.

Ainsi, le député Alassane Bala Sakandé a été élu Maître du Perchoir. Presque par acclamation. Félicitations, Monsieur le Président ! Moi je suis Toégui, l’’élucubration c’est mon affaire. Mais attendez !

Sakandé… Sakandé… C’est comme Bagagnan ? C’est comme Kanazoé ? C’est comme Koanda ? Comme Sanfo et tant d’autres ? C’est comme lait et ranmoagha ou ranmoagha et lait!?

Qu’importe ! Mochichi de Gambaga. Mochichi du Yémen, tout est Mochichi.

Excellence Monsieur le Président, encore une fois je vous adresse toutes mes félicitations et tous mes respects. Je vous souhaite une bonne législature. Une bonne législature pour vous c’est une bonne législature pour moi, c’est une bonne législature pour tous. Une législature au cours de laquelle les terroristes de tout acabit seront terrorisés. Les terroristes teint clair et les terrorises teint noir comme dirait Zéphirin Diabré mais ne suivez pas mon regard.

Excellence Monsieur le Président, j’ai à vous parler. J’assiste régulièrement à toutes les plénières de l’Assemblée nationale. Les huissiers ont eu la gentillesse de me réserver  un siège discret, tantôt à droite de la zone de turbulence tantôt à gauche de la zone de turbulence. De ma place, je vois tous les Honorables mais aucun Honorable ne me voit.

A propos, Excellence Monsieur le Président, que comptez-vous faire de la zone de turbulence ? Allez-vous maintenir le statu quo en mémoire de votre illustre prédécesseur ? Ou bien allez-vous tout chambouler en plaçant les insoumis à la place des soumis et les soumis à la place des insoumis ? Et que ferez-vous des autres, ceux qui ont un pied dans la zone de turbulence et un pied hors de la zone de turbulence ?

Je disais tantôt que j’assiste tout le temps aux séances à l’hémicycle. Je vous connais donc puisque je vous vois. J’admire vos Faso Dan Fani qui vous vont très bien. Pour tout vous dire, vous êtes Mochichi, mais vous ne faites pas Mochichi. Je sais, si vous n’avez pas cette tête de mangeur de babenda, si vous avez cette prestance, c’est sans doute du fait de vos ascendances Yéménites.

Excellence Monsieur le Président je vais me permettre de vous donner quelques conseils afin que vous meniez à bien votre mission. Il faudra veiller au respect scrupuleux de la Constitution. Si   je dis cela, c’est parce qu’une fois, vous avez transgressé la Loi fondamentale et très gravement. En effet vous vous êtes exprimé en Mochichi alors que vous savez bien que la langue officielle de notre Faso est le Français. De la traduction qu’on m’a faite de vos propos, vous avez cité un proverbe qui dit ceci :

  • La poule s’est saisie des intestins de la poule qu’on vient d’égorger alors que demain ce sera son tour d’être égorgée.

C’est grave, Excellence. Le Mochichi n’a pas sa place à l’Assemblée nationale. Même Noufou Ouédraogo sait cela.

Souvenez-vous, le ministre d‘Etat Simon Compaoré s’était lui aussi exprimé en Anglais. Mais pour Simon Compaoré ce n’est pas tout à fait pareil. Il n’était que de passage et il n’est pas membre du Parlement comme vous qui étiez de surcroît Président du groupe parlementaire du Soleil Levant. Et puis, tout le monde sait que Simon Compaoré et l’Anglais c’est comme l’Anglais et Simon Compaoré… « Where   there is the will… »

Excellence Monsieur le Président, un dernier conseil : pas un mardi sans élucubrations ! Les élucubrations ça aide à bien légiférer.

Tien tiens… Je vais vous quitter… Mais quelque chose me dit que ces 19 abstentions, ces 2 votes CONTRE, ces 2 bulletins nuls, c’est vous qui avez manigancé tout ça. Pour faire moins Corée du Nord.

Et en ayant bien observé les gros plans de la Télévision, je soupçonne votre voisin de siège d’être dans la combine.

 

Charles Guibo

En savoir plus...
 diritto all\'oblio Google