Menu
TANGUI IMMOBILIER SARL
FLASH INFOS

Liberté provisoire de Bassolé: Des OSC montent au créneau, la justice reste sur sa position

Libérera, libérera pas ? Les spéculations allaient bon train hier mercredi 11 octobre 2017 sur le sort du général Djibrill Bassolé  qui avait bénéficié la veille d’une liberté provisoire pour raison de santé. Mais le commissaire du gouvernement a fait appel de cette décision du juge de la Chambre d’accusation. Ce qui suspendait du coup la procédure d’élargissement. Finalement, le Tribunal a rejeté,  au cours d’une audience tenue dans la soirée,  la demande du parquet militaire. L’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré devrait donc humer aujourd’hui l’air de la liberté. Les récriminations de certaines Organisations de la société civile (OSC) n’y ont rien changé. En effet, le matin même, plusieurs d’entre elles ont marché vers la Justice militaire pour protester contre cette mise en liberté provisoire. Et le moins que l’on puisse dire est que ce n’était pas la foule des grands jours.

 

 

Il est 9h mercredi matin. Toutes les voies menant au Tribunal militaire au centre-ville sont bouclées, ce qui occasionne des embouteillages monstres dans les rues environnantes, déjà encombrées en temps ordinaire. Après l’annonce de la liberté provisoire accordée au général Djibrill Bassolé la veille au soir, des messages appelant à une manifestation le lendemain avaient circulé sur les réseaux sociaux. La Justice militaire, visiblement, elle aussi connectée a donc pris ses dispositions.

A 9h15 à la place de la Nation, lieu prévu pour le rassemblement à quelques encablures de là, il y a à peine une dizaine de personnes, des leaders d’OSC pour la plupart. « L’information est tombée tard la nuit. Beaucoup de gens n’en sont pas encore au courant », tente de justifier Massirou Guiro du Mouvement plus rien ne sera comme avant (M/PRSCA). Boukaré Conombo, le président du Mouvement brassard noir, lui, hésite à parler à la presse sur une place de la nation déserte. « Nous allons parler après notre action », glisse-t-il. Avec si peu de monde, difficile d’envisager une quelconque « action » pour l’heure. Les croquants décident de patienter, le temps de se faire rejoindre par d’autres camarades. Les minutes s’égrènent, quelques manifestants viennent effectivement sur les lieux, mais pas de quoi former une marée humaine. Entre-temps, des tee-shirts blancs, confectionnés on ne sait à  quel moment par le  Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD)  avec ce  message : « Non à la libération de Bassolé », sont distribués aux manifestants qui attendent toujours le signal de départ. Dans la petite foule, on commence à évoquer l’éventualité d’un report de la marche dans l’espoir de mobiliser plus de monde. Ce qui n’est pas du goût de certains parmi ce conglomérat d’OSC. « Il faut qu’on fasse quelque chose sinon Bassolé va prendre l’avion », estime un bonhomme surnommé « général » par ses comparses. Après quelques tractations et hésitations, la manifestation est maintenue,  mais les organisateurs décident d’attendre le Balai citoyen, en pointe lors des luttes précédentes, qui doit bientôt venir grossir les rangs.

A 10h30,  Smockey et sa suite, qui se trouvaient à la maison du Peuple, apprend-on, n’avaient toujours pas pointé le bout de leurs semelles sur l’esplanade. « Pourquoi les attendre ? Ce n’est pas à cause du Balai citoyen qu’on est ici », lance un quidam qui trépigne d’impatience.

Le petit monde reçoit la visite de  deux officiers de l’armée venus leur notifier que toute manifestation à la place de la Nation requiert au préalable une autorisation. « C’est un rassemblement spontané pour protester contre la libération de Djibrill Bassolé. Nous allons partir tout de suite », expliquent les manifestants aux deux militaires qui repartent aussitôt. « Est-ce qu’on a demandé l’autorisation au peuple avant de libérer  le général ?» marmonne un croquant après leur départ.

 A 10h 45, arrivent enfin les  renforts du Balai citoyen. A leurs côtés, les familles  des victimes et des blessés de l’insurrection populaire ainsi que du coup d’Etat. Comme les autres leaders qui se sont exprimés, Smockey a des mots durs à propos de la mise en liberté provisoire de Bassolé :  « Foutaise », « coup d’Etat », « insulte», chacun y est allé de ses mots pour décrier une décision  à « réveiller les morts ».

A la faible mobilisation du jour Smockey préfère ne pas accorder beaucoup d’importance : « Que les gens sortent ou pas, nous, nous avons pris nos responsabilités. Et peu importe notre nombre, nous sommes déterminés et irons jusqu’au bout. » De fait, une centaine de personnes avalent, aux environs de 11 h, à pied les centaines de mètres qui séparent la place de la Nation du Tribunal militaire pour exiger le retour en prison de l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré. Bloqués au niveau de l’Institut français, où les protestataires donnent de la voix dans un haut-parleur tenu par le Balai citoyen.  Les « Bassolé, en prison !», « Justice !», « Les juges corrompus, à bas ! » fusent pendant une dizaine de minutes sous le regard des gendarmes, lacrymogène bien en vue derrière les barrières. Puis retour à la place de la Nation, où Smockey assure que la mobilisation restera permanente tant que Djibrill Bassolé restera libre : « Nous sommes là, on va squatter, boire le thé, jouer l’awalé, mais on est calé. »

Au moment où nous bouclions la présente édition, nous avons appris de sources proches du parquet militaire que la mise en liberté provisoire de Djibrill Bassolé avait été finalement confirmée.

Contrairement à la rumeur faisant état hier dans la soirée d’une mise en résidence surveillée de l’ancien chef de la diplomatie burkinabè, le Tribunal militaire a confirmé l’ordonnance d’élargissement provisoire puisqu’elle  ne prévoit pas, nous a-t-on appris, de résidence surveillée.

Aux environs de 19h, Djibrill Bassolé était toujours dans les locaux de la juridiction militaire où l’attendait une escorte devant le conduire à la MACA d’où il devrait ressortir aujourd’hui 12 octobre 2017.

 

Hugues Richard Sama

Rabiatou Congo (Stagiaire)

Commentaires   

0 #3 Almami 12-10-2017 16:40
Les OSC et partis politiques qui revendiquent sans vergogne, la libération sans condition des généraux Diendéré et Bassolé, sont mus par des motivations alimentaires plutôt que par des causes légitimes. Ils créent des mouvements hypocrites de soutien à ces sinistres généraux pour avoir des financements auprès de leurs associés qui sont aux contrôles de leurs finances occultes. Hormis les mobiles du coup d’Etat du 16 septembre 2015, tout le monde sait que ces deux officiers sont à la base de nombreuses violences et crimes de sang contre des citoyens burkinabè. Ces deux hommes sont loin d’être des exemples de probité et de démocratie. Ils ne sont pas indispensables pour le progrès du Burkina. Les arguments selon lesquels ils pourront apporter leur contribution à la lutte contre l’insécurité sont fallacieux. Car, ce sont des gens qui faisaient du business avec les terroristes à travers les prises d’otage contre paiements de rançons. Ils sont aussi nocifs que leurs complices terroristes.
Citer
0 #2 Jourdain 12-10-2017 13:07
Le constat général qui se dégage est que les citoyens burkinabè veulent que les dossiers pendants en justice puissent être jugés dans les règles de l’art. Le peuple souhaite que les dossiers de l’insurrection 2014 et du putsch 2015 soient bien jugés, afin que des coupables soient condamnés et ceux contre qui, il n’existe pas de pas de preuves avérées de culpabilité, soient blanchis voire dédommagés. Cependant, les règles de droit obéissent à des principes qu’il faut scrupuleusement respecter pour éviter toute partialité et des procédures bâclées. L’idéal était que les présumés coupables en détention, puissent y rester jusqu’au procès. Mais, il existe des cas de forces majeures qui autorisent des libertés provisoires pour raison de santé. C’est un droit à respecter. En effet, lors des procès, des avocats ont la possibilité d’arguer des problèmes graves de santé de leurs clients pour reporter leurs jugements. Par conséquent, un prévenu libéré qui bénéficie de soins appropriés, ne pourra plus se réfugier derrière l’argument de santé pour ne pas répondre à la barre. Les Burkinabè parlent le même langage sur lesdits dossiers judiciaires sans le savoir, car, la préoccupation commune porte sur le triptyque vérité-justice- réconciliation. C’est une situation qui frise un peu l’histoire de monsieur Jourdain qui faisait la prose sans s’en rendre compte.
Citer
0 #1 Neilson 12-10-2017 05:21
Il y a peut être eut de la précipitation dans le rassemblement spontané. Les OSC doivent mobiliser et coordonner avec les victimes et parents de victimes sans oublier les partis politiques et tous ceux qui sont contre cette liberté provisoire avant toute action car notre nombre fait notre force, pour reprendre un slogan d' une célèbre OSC. Donc, rira bien qui rira le dernier!
Citer

Ajouter un Commentaire

Recopiez le code dans la cage au bas du formulaire avant d'enregistrer votre message. Merci!

Code de sécurité
Rafraîchir

Retour en haut